Témoignage de Jacques
Mon pere

Ma Maire

Debora

David


Contacter Jacques







Lire d'autres témoignage

Comment le portable a tué la communication à la maison.

Avant de connaître le ministère de l’OCG, j’étais un chrétien très occupé. Non pour ma famille ou pour la construction de l’Eglise, mais pour mon travail. Professionnellement, je réussissais tout ce que j’entreprenais et au niveau personnel, je trouvais que ce n’était pas si mal, comparé à ce que je voyais autour de moi.

Mais la réalité était celle-ci : je pensais toujours au travail, j’étais toujours collé devant mon ordinateur portable ou mon téléphone portable. Tellement occupé, que je ne voyais pas les enfants grandir et ma femme s’écrouler sous tous les fardeaux que mon égoïsme lui laissait porter. Il n’y avait plus vraiment de communication, ni de communion entre nous.

Un jour nous sommes allés en Suisse à une journée organisée par l’OCG.

Lorsque j’ai vu Ivo SASEK et sa famille sur scène j’ai remarqué : Quelle famille ! Quelle lumière se dégage d’eux ! Ils ont quelque chose d’essentiel que nous n’avons pas… Après bien des luttes intérieures, nous avons ensuite décidé de suivre le même chemin que la famille SASEK avec l’OCG. Cela fait 4 ans (nous sommes en 2009). Grâce à une aide très pratique de ce ministère (principalement par des enseignements et des témoignages d’autres familles), l’ambiance à la maison a complètement changé : nous sommes plus unis, plus attentifs l’un à l’autre et l’harmonie remplace petit à petit, dans tous les domaines, le désordre qui régnait finalement auparavant.

Ainsi mon téléphone portable est éteint dès que je rentre à la maison… ma priorité est maintenant à la maison. Bien sûr nous avons encore des troubles, des épreuves et des difficultés mais maintenant nous les analysons ensemble, nous les affrontons ensemble, et nous trouvons les solutions ensemble, comme une équipe unie qui suit le même but et qui va de victoire en victoire.

Pour toutes les familles qui veulent plus de Vie et plus de Paix divine à la maison, quelles que soient les circonstances et les difficultés dans la société actuelle, je vous invite à garder confiance. Un chemin est tracé pour notre génération et pour nos enfants.

Jacques, Grenoble.
7 mai 2009